4.1 Politique

Voici le chapitre qui défini le fonctionnement politique de la cité.


Le grand Pons.

 

Celui qui pourrait être considéré comme président dans une république ou roi dans une royauté  est appelé « Grand Pons » à Eliandrilh.  Mais ici, il a plus un rôle représentatif que fonctionnel. Les décisions qu’il pourrait prendre sont portées au vote du conseil des treize. Il est lui-même élu par un vote du conseil des treize, tous les treize ans et cela depuis plus d’un millénaire.

Pour l’instant il s’agit du sage Consilius, élu il y a sept ans déjà, qui fait office de grand Pons.

Il vit au palais royal, dans une aile spécialement conçue pour ses fonctions.

 

Certain disent que ce n’est qu’une baudruche, qu’il n’a rien à dire, qu’il n’est qu’utile que pour le protocole. Il n’a aucun poids politique.

Son nom n’est là que pour marquer les époques !

Wuynard Zuikuys, ancien conseillé du grand Pons, mort accidentellement dans son lit.

Le conseil des treize.

 

C’est le véritable pouvoir de la cité. Ils sont issus chacun de l’un des douze pics, plus le représentant du plateau lumineux. Ils sont installés par les votes d’une caste fermée qui dépend de la noblesse et de la bourgeoisie issue des arts, des sciences et du commerce. Ils sont élus touts les quatre ans- trois mois.

Ce sont eux qui définissent les lois et élisent les gens chargés de les faire respecter. C’est de cette manière que sont nommés les chefs des armées ou de ceux de la milice impériale. Ils élisent également le grand Pons. Leurs réunions se font au palais royal.

Ils se voient les ériade de chaque semaine.


Le Conclave.

 

Le conclave se trouve au numéro 12, rue du conclave, pic universel, le grand plateau.

Ils sont au nombre de 21, ils représentent le peuple. Ils forment l’opposition au conseil des treize. Ils doivent leurs remettre leurs idées ainsi que leur résumer les débats et enfin les convaincre à examiner des textes qui leurs semblent bons pour la population.

 Le conclave est  renouvelé tous les sept ans par des élections auxquelles participent tous les citoyens d’Eliandrilh. Sont considérées comme « citoyens » les personnes payant leurs impôts régulièrement, aillant un  métier et âgé d’ au moins 25 ans. Ils doivent habiter la ville depuis au moins 10 an, et ne doivent jamais avoir eu affaire à la justice. Les Citoyens représentent un peu plus de 10% de la population.

C’est le conclave qui règle les affaires courantes des quartiers, où il y a également des comités de quartier de différente grandeur, selon la taille de la population du quartier.

 

La maison des percepteurs.

 

Au numéro 19, rue de la prospérité, plateau lumineux et 2, impasse du droit, pic des ducs se trouve la maison des percepteurs.

Les gens, sans aucun doute, les plus détestés de la ville. Ils sont chargés de faire rentrer de l’argent dans les caisses d’Eliandrilh. Ils forment une véritable petite armée.

Leur mission consiste à regarder à ce que toute les formes d’impôt soient bien payées par qui de droit.

Voici les différents impôts : Impôt sur les personnes. C’est une taxe fixe pour chaque résident qui est calculé par rapport à leur lieu d’habitation.

Il y a aussi  l’impôt sur les revenus, taxe sur les marchandises et les services. Une autre taxe sur l’importation qui a trait à tout ce qui rentre en ville. Il faut rajouter encore le droit d’entrée dans la ville qui se calcule par personne et pour chaque animal.

Ils ont leur propre milice et rapportent directement au conseil des treize.

Le directeur des prospecteurs est Ismaël Goldstein.

 

La cour de justice.

 

1, place de la justice, pic seigneurial.

Ici sont traités tous les dossiers de justice, du petit larcin aux meurtres en passant par le viol, la torture et les tentatives de coup d’état.

Les juges sont indépendants de l’état. Ils sont nommés par l’ordre des Archimages.

Il n’y a pas d’avocat. Les inculpés doivent s’occuper de leur défense eux même.

Quelques juges célèbres : Armando Valasquez, Gemono Locoto, Victor Neumann.


La prison.

 

La prison est situé au pic des bannis.

On ne connaît pas véritablement le nombre de prisonniers qui s’entassent dans ses geôles froides et exiguës. On peut tabler raisonnablement pour 500 bougres.

Une caserne de 500 gardes est stationnée en permanence sur ce pic maudit. Il n’existe pas de mouvement de défense des prisonniers. Ils purgent leur peine dans l’indifférence de tous.

Du petit voleur au plus grand criminel, ils s’entassent sans aucune distinction dans ce lieu de maladie et de mort. Les meurtriers sont pendus au plateau lumineux.

Le directeur de la prison est : Wilfried Van seterbeek.


L’Ordre des Archimages.

 

Leur adresse est au 11, rue du pilori, pic des mages, la cime.

L’ordre fut fondé en 287 C.El, pour protéger la cité des nuages, comme on commença à nommer Eliandrilh à cette époque.

L’ordre est constitué des mages, magiciens de tendance bonne. Ce sont les plus puissants de la ville.

Garant de la protection d’Eliandrilh par leurs talents magiques, ils constituent une caste impénétrable.

On ne connaît pas leur nombre, ni tous les noms de ses membres Certains en font partie alors que la plupart des gens l’ignorent, d’autres n’en font pas partie alors que tous en sont persuadés.

Il faut de la compassion, ne pas avoir un désir trop acerbe pour faire partie de cet ordre protecteur. C’est le groupement le plus vieux de la cité, encore existant, fête ses 2215 années d’existence.

Quelques mages bien connus, faisant, où ne faisant pas partie de cet ordre : Soruméne, Gandulph, Théophilius…etc.



 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×