5.1 Les plans d'existence.

 

Les plans, l’espace, la grandeur de la ville.

Vous êtes-vous déjà demandé comment dans une ville relativement aussi petite, peut-il y avoir autant de gens, de monuments et de lieux aussi magnifiques ? Surtout quand on regarde la superficie des pics et que l’on constate la grandeur de certains de ces bâtiments.

Pour comprendre Tout cela, il faut repartir au commencement de l’histoire d’Eliandrilh avec la destruction de l’empire elfe.

La puissance de la magie développée à ce moment là a crée une brèche dans l’espace temps, modifiant plusieurs plans d’existence  en même temps.

Ce qui fait qu’à l’heure actuelle, trois plans bien distincts se côtoient dans la ville, plus particulièrement sur les plateaux des différents pics.

Ce qui fait qu’un bâtiment présent dans la ville ne peut être en réalité présent que dans une seule dimension et pas forcément dans les deux autres. Ce qui  triple ainsi la superficie des plateaux. Certains sont présents dans plusieurs dimensions ou en alternance dans l’une ou l’autre.

Ce qui fait qu’on ne peut voir qu’une partie de la ville à la foi. Les autres éléments n’apparaîtront pas devant vous comme par miracle ! Mais, à force de passer et repasser dans certains quartiers vous accéderez à de nouveaux lieux.

Prenons un exemple : L’auberge du mouton d’or, bien connue du pic des gastronomes, se trouve dans la dimension A, et pas dans la B, ni dans la C. Statistiquement, il n’y a qu’une chance sur trois pour la trouver. Mais vu que beaucoup de personnes connaissent cet endroit, il y a peu de chance pour ne pas la voir. Car quand on cherche un endroit connu, généralement on le trouve assez facilement.

Par contre, l’habitation du moine Hermite Jean le bon, connus de personne, sera très dur à trouver. Il faudra passer plusieurs fois dans la rue où il habite, en pensant très fort que l’on veut trouver son habitation, avant qu’elle n’apparaisse à sa véritable place et ce à la Xiéme foi que l’on parcourt la rue.

Par contre Jean trouvera toujours sa maison vu qu’il la connaît.

C’est pour cela que l’on doit, quand on circule en groupe, ne pas laisser trop d’écart entre les personnes le composant. Afin de ne pas se perdre dans les plans et devoir refaire un tour du quartier pour se retrouver. Chacun marche dans la même ville, dans les même décors qui change par petite touche. On côtoie d’autres personnes qui s’interchangent au gré des balades.

Les natifs de la ville n’y prêtent guerre d’attention. S’ils ne trouvent pas l’habitation d’un ami, ils refont un petit tour dans les rues adjacentes avant de retrouver la demeure. Ils ont l’habitude, cela ne les surprend même plus !

Il n’y a pas moyen de se perdre. On est toujours a Eliandrilh, quoi qu’on fasse.

C’est comme un cube, qui est constitué de six faces bien distinctes. Chacune, formant une partie de se cube.

Chaque face serait ainsi l’une des dimensions, bien qu’il ne doit y en avoir que trois. Dans le cas qui nous préoccupe certain en dénombrerait jusqu'à cinq, dans différentes parties de la ville à forte concentration  émotionnelle, magique ou historique. Le tout s’imbriquant à l’intérieur du cube, ne prenant ainsi pas plus de place et ne pouvant être différenciée.

Quand on n’est pas sur la bonne face du cube, on refait un petit tour et on y est. Quand on connaît bien un endroit, on tombe pratiquement toujours sur ce que l’on cherche.

Les gens de la ville ne parlent pas volontiers de ce phénomène avec les étrangers. Ils considèrent que s’ils restent suffisamment longtemps à Eliandrilh pour l’observer, ils s’en rendront compte eux même. Si ce n’est pas le cas, c’est qu’ils n’en valent pas la peine, qu’ils ne savent pas voir la ville et toutes ses beautés.

En sortant de la ville on peut accéder à trois plans différents, cela dépend de quel plan d’existence on vient. Si on est resté moins d’un mois entier à l’intérieur de la ville, quand on la quitte on réintègre toujours son plan d’origine. Dans le cas contraire on peut ne pas retrouver son propre plan.  Quand on croit suivre une route bien connue qui nous ramène à un village tout aussi connus et que l’on tombe sur une ville sortant de nul part, un peuple jamais rencontré, des êtres et des coutumes toutes différentes cela fait un drôle d’effet.

Sachez que généralement, quel que soit le plan où l’on aboutit, les gens à l’entour de la ville des arts ont l’habitude de  « Ces égarés aux yeux de fous »

Ils vous conseilleront de retourner pour un petit temps à la ville (On est reparti pour un nouveau mois d’isolation, et cela peut paraître long, quand on est pressé)

L’un des moyens les plus sûr, est de demander à des marchands qui quittent la ville leur lieu de destination. Si c’est dans le même plan que le demandeur, il suffira de l’accompagner moyennant finance. Vous resterez  un petit moment en leur compagnie (jusqu’au temps où l’on soit sur d’être sur la bonne voie. C’est à dire  assez loin de l’influence de la ville pour échapper au phénomène. Généralement, une ou deux journées de marche suffisent)

Avec de l’entraînement et de la concentration on peut retrouver son plan d’origine presque à tous les coups.


Conseil de jeu :

Il faut faire ressentir cette étrangeté de la ville petit à petit. Ils passeront dans la rue de leur auberge sans la voir, puis repasseront et la trouveront. Ils se perdront dans ce dédale de rues sans se suivre de trop prés. Certains se retrouveront seuls, pouvant attendre au même endroit, sans se voir.

Il faut y aller graduellement, sans jamais leur suggérer quoi que se soit. Ils devront découvrir ce phénomène seuls.

Voici une petite table en pourcentage pour trouver un lieu dans la ville. Le premier chiffre concerne les quartiers des pics, le second pour le « hors les pics » !

-Habitation de la personne- 100% / 100%

-Lieux très bien connus- 90% / 100% ( on s’y rend 1 x par jour)

-Lieux fort connus- 80% / 100% (1 x par semaine)

-Lieux bien connus- 70% / 100% ( 1 x tous les 15 jours)

-Lieux connus -60% / 90% ( 1 x par mois)

-Lieux moins connus -50% / 80%     ( 1 x par an ou un peut plus)

-Lieux mal connus - 40% / 75%         ( moins d’1 x par an)

-Lieux peu connus - 30% / 70%        ( rarement)

-Lieux inconnus - 20% / 60% ( on ne connaît pas son existence tout au plus de nom, et encore !)

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site