Cité des Ventriloques

Cité des Ventriloques (Lieu)

Cité sainte

La cité du sourire éternel, là où les gens cherchent la rédemption et peuvent trouver bien plus. La cité est très difficile à trouver, on ne peut y arriver que grâce à la guilde des passeurs. Elle est constituée uniquement de petits êtres ne mesurant pas plus d’un mètre dix de hauts. Ils sont chargés d’amener les pèlerins, ainsi que les caravanes marchandes, jusqu'à la cité. Cette cité est bâtie à flan de montagne, dans une région difficile d’accès. Celle-ci est composée de sept strates, qui sont autant de quartiers typiques. Les gens y viennent pour les bienfaits du lac béni. Il se trouve tout au-dessus de la ville, au pied du temple des ventriloques. Il est d’une taille moyenne, mais très profond en son centre. Il aurait comme effet bénéfique de changer les gens pour qu’ils soient meilleurs, pour que leurs défauts s’amenuisent. Le lac aurait également des effets thérapeutiques. (Des poissons lumières vivent dans ce lac. Ce sont eux qui sont à l’origine des lumières que l’on voit parfois au fond du lac et qui se rapprochent des gens qui s’y baignent. Ce sont eux qui agissent sur ces personnes et qui donnent la réputation au lac)

Le temple des ventriloques domine la ville, il se situe aux abords du lac béni. Ce vaste temple est la demeure des ventriloques, véritables guides spirituels de la cité, ainsi que les garants de la loi. Les ventriloques représentent la loi et la sainteté dans la cité. Ils sont vêtus de vêtements amples ressemblant aux kimonos japonais, ils sont de couleurs foncées et brillantes. Chaque ventriloque porte un masque blanc représentant un visage grimaçant à l’extrême, ainsi qu’une capuche cachant leurs cheveux. Ils ne parlent jamais en nom propre et nul de connaît leur nom. Leurs habits cachent une marionnette à leur effigie, c’est par elle qu’ils s’expriment. Les lois saintes ont étés écrites, il y a plus de milles ans par le père de tous les ventriloques.

La première loi donne tout pouvoir aux seuls ventriloques. La seconde loi impose le culte du sourire sur toute la cité et ses citoyens. La troisième loi interdit toutes formes de meurtres, y compris celle rendue par la justice. La quatrième loi interdit le port et la détention de toutes formes d’armes, hormis les ustensiles de cuisines et les outils dans les lieux réservés pour cela. La cinquième loi impose le silence aux ventriloques, garants de la pureté. La sixième loi définit le jour du supplice comme seul moyen de peine pour les condamnés et de rédemption pour les pécheurs. Le culte du sourire est la seul « religion » acceptée et obligatoire au sein de la cité. Elle oblige les gens à être toujours de bonne humeur et d’être gaie à tout instant sous peine d’amendes et de supplice. Le jour du supplice a lieu le dernier jour de la dernière semaine complète de chaque mois. Tous les condamnés du mois sont obligés de parcourir le chemin des supplices, juste vêtu d’un pagne et tirant de grosses bûches de bois de tailles équivalentes à leurs péchés à l’aide de chaînes enroulées autour des hanches. Le chemin des suppliciés est un véritable chemin de croix, constituée de plus de milles marches, il s’étend du bas de la ville pour arriver à son sommet, cela sur vingt kilomètres. Selon leur péché, et donc le poids des bûches, certains n'y arrievent pas et meurent d'épuissement. Comme le meurtre est bannis et la peine de mort également, c'est un bon moyen de contourner cette loi et de condamner à mort une personne. Elle ne peurt que par ses péchés, nul acte contre elle n'a été commis.

Dans la cité toutes les formes d’armes sont interdites. Mais bien des moyens sont à la disposition de la population pour contourner la loi. Les seuls moyens de transports admis dans la cité, sont des transports pédestres, sans l’aide d’aucun animal. Il s’est développé toutes sortes de monte-personnes, de charrues à mains que les commerçants et gens riches utilisent.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×